Définition

Définition étymologique :

La mode vient de la racine latine « modus » qui signifie mode, manière d’être, d’agir.

En d’autres termes:

C’est un phénomène mondial d’expression culturelle et artistique mais c’est également un objet de la mondialisation touchant au goût et à l’esthétisme qui concerne différents aspects du quotidien et ayant une influence notamment sur l’art, le commerce, la consommation, la technologie, la modernité, la représentation du corps, l’évolution de la société, la politique et l’environnement.

Cet important secteur économique ou, autrement dit, ce réseau d’industries, fait circuler des milliards de francs de la production des matières premières à la commercialisation en passant par la distribution et la commercialisation. Cela représente une main d’œuvre mondiale importante.

Qui dirige la mode ?

La mode, à l’inverse de ce que l’on pourrait penser, n’est pas dirigée par les stylistes dits « créateurs de mode ». Ils créent un produit, un univers, une nouvelle identité mais ne créent pas vraiment la mode. La responsabilité de l’influence que possèdera le produit fabriqué revient entièrement au consommateur par son choix et son pouvoir d’achat.

Quand bien-même, nous pouvons dire que les stylistes sont des créateurs d’univers infinis et mettent à dispositions leurs talents à la communauté.

Être ou ne pas être à la mode ?

N’est-ce pas un abus de langage de dire que l’on est ou pas à la mode sachant nous-même créons la mode, notre mode ?

Vous n’êtes peut-être pas à la mode de votre voisin ou de Monsieur Paillettes des grands défilés mais vous êtes à votre mode. Chacun est à la mode, à sa mode.

L’avenir de la mode

Notre monde consumériste nous a conduit à un mode de vie en perpétuel mouvement, ainsi, nous changeons constamment de styles, nous achetons aussi vite que nous jetons. Tout est devenu éphémère, sans valeur et capricieux.

Pour donner suite aux divers mouvements écologiques et prises de consciences, l’industrie de la mode, dans un but éthique, écologique, « d’effet de mode », de faire-valoir, en réponse intéressée à la révolte ou non (mais là n’est pas la question aujourd’hui dans cet article…), se tourne désormais vers un système plus éco-responsable, durable et éthique. Il est possible aujourd’hui de trouver des vêtements fabriqués avec des matières saines, locales et durables à des prix désormais accessibles.

 

Son impact identitaire

La mode permet à tout un chacun de se définir ou de se donner un genre, une identité à travers ses choix, son style. C’est une traduction de nos goûts, un miroir de la pensée, bien souvent, conditionnés par un contexte spatial, temporel et culturel. Cela peut être à la fois une représentation fidèle de nos goûts comme un image ou un style idéalisé que l’on se donne.

La mode permet à tout un chacun l’originalité, la nouveauté voire même la provocation.

Personnalité ou impersonnalité ?

Il est difficile de définir si la mode est un symbole de liberté ou un comportement grégaire.

La mode est, selon moi, à la fois un symbole de personnalisation et de dépersonnalisation en étant dans un processus impersonnel. Cela signifie que l’on peut s’en servir à bon escient pour se définir et se détacher de l’universalisation. A l’inverse, cela peut être de la dépersonnalisation si nous nous laissons écraser par son industrie. Mais cela reste assez impersonnel car nous dépendons des stylistes et nous ne nous rendons pas toujours compte de l’influence que peut avoir la société à notre égard sur nos choix.

Il faut apprendre à rester vigilant, être libre, faire ses choix pour soi sans se laisser oppresser par les exigences sociales.